Affaire Bygmalion : Jean-François Copé s'estime "totalement innocent" dans ONPC

Par , publié le
Politique Jean-François Copé sur la plateau d'"On n'est pas couché" du 28 mai 2016
Jean-François Copé sur la plateau d'"On n'est pas couché" du 28 mai 2016

Samedi soir, sur le plateau d'"On n'est pas couché", le candidat Les Républicains à la primaire de la droite Jean-François Copé s'est dit "totalement innocent" dans l'affaire Bygmalion.

Il était possiblement inévitable que le sujet soit abordé. Samedi soir, le candidat Les Républicains (LR) à la primaire de la droite Jean-François Copé était l'un des invités de Laurent Ruquier pour son talk-show On n'est pas couché. Le chroniqueur Yann Moix a ainsi évoqué un dossier dans lequel le député de Seine-et-Marne aurait pu être mis en examen.

Avec une certaine assurance, Jean-François Copé a fini par lui répondre s'estimer "totalement innocent" dans l'affaire Bygmalion, ajoutant au passage que lorsqu'"on est chef, par définition, on ne peut pas tout voir".

Copé dans ONPC : "on ne peut pas tout voir" quand on est chef

Autre question évoquée, celle de la mobilisation observée dans les rues contre le projet de loi Travail de Myriam El Khomri. Jean-François Copé s'est autorisé à ce sujet un parallèle peu attendu : "J'étais dans une manifestation, je voyais des gaz lacrymogènes, des poussettes et je me disais pendant ce temps-là les Japonais travaillent." 

Et quand la collègue de Yann Moix Léa Salamé lui aparle d'un code du travail que Nicolas Sarkozy et son gouvernement, incluant Jean-François Copé, n'ont jamais "osé" toucher, le candidat à la primaire a reconnu n'avoir "jamais été président de la République", et que "certaines réformes n'ont pas été faites concernant ce domaine ou celui des retraites".

Mobilisation contre la loi Travail : "pendant ce temps-là..."

Il maintient toutefois avoir appuyé Nicolas Sarkozy durant son mandat, tout en semblant regretter une action limitée de ce gouvernement : "J'ai le sens de l'État donc j'ai soutenu ce gouvernement même s'il n'est pas allé assez loin". Jean-François Copé, qui était reçu pour la sortie de son livre Le Sursaut français, est actuellement crédité de 3% d'intentions de vote dans le cadre de la primaire de la droite. Ce qu'il ne l'avait pas empêché, le mois dernier, de se voir déjà tel le vainqueur du scrutin.

Crédits photos : capture d'écran

Partager cet article