Abattoirs : de nouveaux cas de maltraitance révélés en France

Par , publié le
France image d'illustration
image d'illustration

L’association L214 révèle de nouvelles images-chocs tournées dans des abattoirs français. Les animaux y subissent des maltraitantes avant d’être saignés.

Ces nouvelles images de maltraitance dans un abattoir français risquent encore une fois de faire du bruit. Encore une fois, c’est l’association L214 qui dévoile de nouvelles images-chocs tournées dans deux abattoirs et relayées par le journal Le Monde.

Sévices graves sur les animaux

Après les abattoirs d'Ales et de Mauléons-Licharre, ce sont maintenant les établissements de Pézenas (Hérault) et de Puget-Théniers (Alpes-Maritime) qui sont visés par ce scandale.

Prises en caméra cachée pendant près de deux semaines, ces nouvelles vidéos dévoilent les sévices subis par les animaux dans les établissements d'abattage. On voit notamment plusieurs animaux se réveiller au moment de la saignée. Par exemple, ce veau, accroché par la patte arrière et tente de se relever pendant plusieurs minutes alors que ce dernier a déjà été égorgé.

Non respect des réglementations

D'autres exemples à Pézenas, comme ce mouton qui reçoit un coup de couteau dans l’œil avant d’être égorgé, ces chevaux tirés de force par un treuil jusque dans le box d'abattage ou encore ces bovins saignés sans étourdissement.

Des actes qui constituent tous des infractions aux réglementations en vigueur et notamment code rural français et à la réglementation européenne de 2009 qui indiquent que « toute douleur, détresse ou souffrance évitable est épargnée aux animaux lors de la mise à mort ». Sébastien Arsac, porte-parole de L214 s'indigne une nouvelle fois dans les colonnes du Monde "Les scandales se suivent et se ressemblent. Il est illusoire de penser que l’on peut tuer trois millions d’animaux par jour en respectant la réglementation [...] Nous demandons à pouvoir exercer un droit d’objection à cette tuerie de masse. » L214 a annoncé qu'elle allait déposer plainte aujourd'hui devant les tribunaux de grande instance de Béziers et de Nice pour maltraitance et actes de cruauté.

Crédits photos : animaux L214.com

Partager cet article