82% des Français favorables à l'accueil des réfugiés de guerre

Par , publié le
Société Un camp de réfugiés à Sulaymaniyah, Irak, en juin 2015.
Un camp de réfugiés à Sulaymaniyah, Irak, en juin 2015.

Une étude d'Amnesty International montre qu'une grande majorité des Français sont favorables à l'accueil des réfugiés originaires de pays en guerre. Et en outre, qu'il faut plus leur venir en aide.

Pour les besoins de cette étude concernant l'accueil des réfugiés provenant de pays en guerre, pas moins de 27.000 personnes dans 27 pays tous continents confondus ont été interrogées. Et la France se situe dans le moyenne (13ème sur 27), se disant favorable à leur accueil dans ses frontières.

Réfugiés : une majorité de Français souhaite que le gouvernement en fasse plus

Dans le détail, ce sont plus de 8 Français sur 10 qui se disent favorables à ce que ces populations touchées par la guerre trouvent refuge dans le pays. Et 63% d'entre eux estime que notre gouvernement "devrait davantage les aider". Jean-François Dubost, responsable du programme "protection des populations" pour Amnesty France, et interrogé par Le Parisien qui dévoilait les résultats de l'étude en exclusivité, juge ces taux comme "à la fois surprenants, et pas tant que ça".

De fait, ils viennent contredire une idée largement répandue selon laquelle les Français sont plutôt hostiles à un tel accueil. Pour M. Dubost, l'explication tient en cela : "Simplement parce que les voix les plus hostiles à l'accueil des réfugiés sont celles qui font le plus de bruit. La majorité accueillante, elle, est devenue silencieuse".

L'accueil dans leur quartier moins souhaité par les Français

Pour autant, une forte minorité de nos concitoyens sont prêts à souhaiter que cet accueil se matérialise dans leur quartier (19%). Pour Jean-Paul Dubost toujours, c'est "la méconnaissance de la nature des dispositifs d'accueil". Il ajoute que nos concitoyens ont pu remarquer qu'ils "n'avaient pas été envahis par des hordes de barbares, mais qu'au contraire les choses se passaient plutôt bien".

Et à l'échelle internationale ? Le vaste sondage révèle que "c'est en Russie (26%), en Thaïlande (29%) et en Inde (41%) que les proportions sont les plus faibles d'habitants favorables à une action renforcée de leur gouvernement en faveur des réfugiés". A l'autre bout de ce classement, "les Chinois, suivis des Allemands et des Anglais, sont en tête de ce classement de 'l'indice d'acceptation'", indique encore le quotidien. La totalité de l'étude (en anglais) est disponible en suivant ce lien.

Crédits photos : Melih Cevdet Teksen / Shutterstock.com

Partager cet article