50 ans de la loi Neuwirth : des femmes témoignent sur leur éloignement de la pilule

Par , publié le
Santé
Pilules contraceptives

À l'occasion des 50 ans de la loi Neuwirth qui a autorisé le recours à la pilule contraceptive, des femmes expliquent pourquoi elles s'en sont, malgré tout, désintéressées avec le temps.

La loi Neuwirth fête en 2017 ses 50 ans. Le gaulliste Lucien Neuwirth est ainsi à l'origine de la loi relative à la régulation des naissances datée du 28 décembre 1967. À l'occasion de la célébration de son demi-siècle, un timbre à l'effigie de la mesure sera mis en circulation à partir du 10 février.

Malgré tout, les femmes apparaissent de moins en moins nombreuses à recourir à la pilule contraceptive. L'enquête "Fécond" de l'Institut National d'Études Démographiques (Ined) révèle ainsi qu'entre 2010 et 2013, le taux d'adoption du comprimé est passé de 50 à 41%.

Pilule contraceptive : pourquoi des femmes ne l'utilisent plus

20 Minutes a choisi de solliciter des femmes concernées par la pilule pour recueillir leur témoignage quant au fait qu'elles s'en sont progressivement désintéressées. Les motifs sont divers. Pour Ofée, il était question d'oublis trop fréquents : "Je pouvais l’oublier 4-5 fois dans le mois malgré les alarmes du téléphone et mon homme qui me demandait tous les soirs si je l'avais bien prise ! Je lui ai préféré le stérilet sur le conseil de ma gynéco et depuis je suis heureuse ! Plus de prise de poids, pas besoin de penser à prendre quoi que ce soit, on ne le change que tous les 5 ans… On vit avec sans y penser, sans s'en rendre compte."

Parfois remplacé par le stérilet et le préservatif

Un certain nombre de femmes évoquent également des soucis relatifs à la santé, comme Laurine : "Durant plusieurs années, ma gynécologue m'a donné une pilule dite de 3e génération, puis on m'a dit que celle-ci pouvait déclencher certains cancers sur le long terme. J'ai alors pris une seconde pilule qui dans un premier temps m'a tout à fait convenu. Mais au bout de quelques mois, j'ai eu une grosse baisse de ma libido, des baisses de tension, des maux de tête et de ventre. Je suis repassée au préservatif et je préserve mon corps."

Estelle a quant à elle choisi de préserver son corps de substances dont elle ignorait les effets sur le très long terme : "Ce fut comme un électrochoc le jour où j'ai réalisé que cela faisait 10 ans déjà que je prenais la pilule. En parallèle, je commençais à m'intéresser de plus en plus à une façon de vivre autrement. Puis, j'ai consommé autrement : plus responsable, plus vert, plus respectueusement. Et j'ai voulu la même chose pour mon corps : stop les hormones. Dix ans que j'empoisonnais mon corps avec une pilule que j'avalais chaque jour sans trop savoir ce qu'elle contenait, sans savoir quels seraient les effets dans dix ans."

Crédits photos : Anqa / Pixabay

Partager cet article