400 ans, espérance de vie record pour les requins du Groenland

Par , publié le
Nature Un requin du Groenland.
Un requin du Groenland.

Assez méconnu, le requin du Groenland possède pourtant une particularité impressionnante, et c'est sa longévité dans les eaux froides de l'Arctique.

La revue Science relaie les résultats de travaux menés par une équipe internationale sur le requin du Groenland. Si jusqu'ici, la communauté scientifique pensait bien que ces vertébrés vivaient longtemps, aucune précision n'était venue étayer cette théorie.

C'est désormais chose faite, et la longévité de cette espèce est tout à fait stupéfiante.

Quatre siècles dans les eaux de l'Arctique

Ce sont 28 spécimens qui ont permis aux chercheurs de calculer cette longévité. Ce qui était connu jusqu'ici, c'était la taille qu'ils pouvaient atteindre, c'est-à-dire 5 mètres. Mais aussi, que leur croissance est très lente, soit environ 1 centimètre chaque année au maximum.

Afin de déterminer leur âge, les scientifiques ont étudié le cristallin des spécimens pêchés entre 2010 et 2013. Un peu comme pour les cernes d'un arbre, le cristallin des requins s'accroit et se compose de couches successives dont la première est la plus jeune. Après analyse au carbone 14, cette partie de l'oeil a révélé que le plus grand d'entre eux, une femelle de 5 mètres, était vraisemblablement âgée de 392 ans.

Une maturité sexuelle des femelles atteinte à 150 ans

Certes, une large marge d'erreur est avancée par les chercheurs, de l'ordre de 120 ans. Mais même en la prenant en compte, l'âge dépasserait donc le record de longévité pour un vertébré, celui établi précédemment par la baleine boréale, soit 210 ans.

Cette croissance lente aboutit également à un âge de maturité sexuelles des femelles requins canonique, soit environ 156 ans, peut-on lire dans l'étude. Désormais, les scientifiques appellent à une réflexion sur la conservation de ces super-prédateurs qui finissent souvent accidentellement dans les files de pêche avant d'avoir eu le temps de se reproduire.
Pour la petite histoire, seul un coquillage, la praire d'Islande, peut vivre encore plus longtemps, environ 500 ans.

Crédits photos : Wikimedia / NOAA

Partager cet article

Pour en savoir plus