27 cadavres de migrants ont été repêchés en une semaine

Par , publié le | modifié le
International
Un bateau des garde-côtes libyens, chargé de migrants interpellés en mer, arrive au port de Misrata, le 3 mai 2015

Depuis le 3 juillet, vingt sept cadavres de migrants ont été repêchés au large de la Tunisie. Les migrants, généralement entassés dans des embarcations vétustes, sont tous originaires d'Afrique Subsaharienne. Ils tentaient de rejoindre l'Italie.

Mongi El Hadhi, porte-parole de la protection civile tunisienne, a annoncé le macabre décompte de 27 cadavres de migrants repêchés au large de Ben Guerdane ainsi qu'au large de Zarzis, villes du sud de la Tunisie.

Les gardes côtes tunisiens à la pêche aux cadavres

Le 10 juin, les gardes côtes tunisiens avaient pu sauver 365 migrants d'une mort certaine alors qu'ils tentaient de rallier l'ile italienne de Lampedusa. Dimanche dernier, c'était 17 migrants et fin mai ils en ont sauvé 5. Cette fois ils n'ont pas eu la même chance et n'ont pu que repêcher des cadavres. Les personnes sont toutes mortes noyées après avoir quitté les côtes libyennes avec l'espoir de voir l'Europe. Leur navire trop vétuste et trop chargé ne leur a pas permis d'accéder à leur rêve.

La Tunisie sur la route meurtrière des migrants

Le chaos existant en Lybie a permis que des réseaux de passeurs sans scrupules s'organisent afin de faire traverser la Méditerranée à des migrants fuyant la misère et les conflits. Le plus souvent, ils entassent les migrants dans des embarcations vétustes en direction de l'Italie.

Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU, en 2014, 3500 personnes ont perdu la vie sur les 219 000 migrants qui ont tenté de traverser la Méditerranée. Cela transforme cette route maritime en la route la plus meurtrière. L'année 2015 a été tout particulièrement meurtrière, notamment en avril avec la mort de 750 personnes entassées dans un chalutier surchargé.

Crédits photos : © AFP/Archives MAHMUD TURKIA

Partager cet article

Pour en savoir plus