Trafic de Subutex : un médecin devant la justice en Lorraine

Par , publié le | modifié le
France Photo d'illustration. La Justice.
Photo d'illustration. La Justice.

Un médecin mosellan comparaissait lundi devant le tribunal de Sarreguemines, accusé qu'il est d'avoir alimenté un trafic de Subutex, ce substitut à l'héroïne. 3 ans de prison ont été requis.

Lundi, le Dr Jacques Furlan comparaissait devant le tribunal de de Sarreguemines (Moselle). A l'issue de la journée d'audience, le parquet a requis 3 ans de prison, dont deux avec sursis, ainsi que 50.000 euros d'amende et une interdiction d'exercer sa profession de médecin.

A l'origine, une accusation de trafic de Subutex, ce substitut à l'héroïne prescrit à certains toxicomanes.

Subutex : 3 années de prison requises

Le tribunal avait à se demander, comme le rappelle l'AFP, s'il a "délivré des milliers d’ordonnances de Subutex par humanisme ou par complaisance".
"En distribuant du Subutex à des patients qui n’en ont pas besoin, on alimente un réseau", a argué la représentante du parquet. En plus du Dr Furlan comparaissaient aussi deux personnes accusées de revente de ce substitut à des toxicomanes.

Une affaire qui remonte à 2013

Entre mars 2011 et avril 2013, le Dr Furlan qui se trouve également être le maire de Hombourg-Haut aurait ainsi prescrit 25.000 ordonnances de ce produit à un peu moins de 300 patients. Sa mise en examen devait intervenir en octobre 2013.

La Caisse d'Assurance-Maladie de Moselle avait calculé un préjudice s'élevant à 165.000 euros, si l'on en croit Me Nicolas Matuszac, l'avocat de l'organisme. Comme nous le rapportions en mai 2014, c'est l'Agence régionale de santé qui avait levé le lièvre et qui, "ayant procédé à une enquête dans sa pharmacie, avait relevé des 'dysfonctionnements' : dates d'ordonnance ne concordant pas avec celles de la livraison, ou encore plusieurs remises de médicaments en une seule fois, pratique qui n'est pas légale".

Le jugement de lundi a été mis en délibéré au 11 janvier 2016.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus