Interpol : 20 millions de faux médicaments ont été saisis

Par , publié le | modifié le
Santé Des faux médicaments à Dakar, le 21 avril 2015
Des faux médicaments à Dakar, le 21 avril 2015

Grâce à une grande mobilisation d'Interpol, près de 20 millions de médicaments contrefaits ont été saisis en ce mois de juin lors d'une opération internationale.

Il aura fallu réunir les forces de 115 pays pour obtenir cette saisie record. L’opération « Pangea VIII » a permis la confiscation de 20 millions de médicaments contrefaits. Menée entre le 9 et 16 juin dernier, cette opération internationale s’est principalement focalisée sur la vente des faux médicaments via internet. Cette saisie représenterait l’équivalent de 71 millions d’euros.

En France, six services spécialisés de la gendarmerie de la police et des douanes ont participé à l’opération. Ils ont pu mettre la main sur un million de comprimés et près d’une tonne de produits pharmaceutiques contrefaits. Les médicaments ont été retrouvés à Roissy (Essonne) et venaient principalement d’Inde. "Via internet, les criminels se fournissaient en étiquettes avec codes et marques, autocollants holographiques, matériels de laboratoire", détaille le communiqué des douanes et de la gendarmerie.

2400 sites Internet fermés

Les différents services de police internationaux ont également pu suspendre 550 publicités en ligne pour des produits pharmaceutiques illégaux, dont la fermeture de 2400 sites Internet. Lors des perquisitions, les forces de police ont principalement retrouvé des contrefaçons de stéroïdes anabolisants, d’hormones, de médicaments érectiles.

Ces interpellations et saisies représentent près du double de celles réalisées en 2013, lors d’une précédente opération similaire. Le trafic des faux médicaments serait très répandu dans le monde, principalement dans des pays en voie de développement.

Avec la précieuse collaboration de Google

La collaboration internationale a réuni des pays comme le Canada, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon, le Danemark, mais aussi des entreprises, à l’instar de Google qui a permis la fermeture de deux noms de domaine vendant un produit de régime illicite et potentiellement mortel, le 2.4 dinitrophenol aussi connu sous le nom de DNP, célèbre chez les adeptes du culturisme et des régimes. Le 5 mai, une alerte mondiale d'interpol avait été lancée concernant le DNP.

Crédits photos : © AFP/Archives

Partager cet article