Les sodas à l'origine de plus de 180.000 décès par an

Par , publié le | modifié le
Santé Soda (photo d'illustration).
Soda (photo d'illustration).

Une vaste étude de l'Université Tufts de Boston, publiée lundi, impute la mort de 184.000 personnes, par an et dans le monde à la consommation de sodas et autres boissons sucrées. Diabète et cancers sont les principaux risques. Des résultats différents selon les pays.

C'est la revue américaine Circulation qui se fait l'écho lundi d'une étude émanant de l'Université Tufts de Boston (Massachusetts). Elle révèle qu'à travers le monde, et par an, la consommation de sodas entraînerait le décès de 184.000 individus. Il s'agit là de la première étude qui, à l'échelle du monde, qui dissèque leur impact en termes de mortalité et de handicap.

Sodas : 612.000 personnes suivies

Dans le détail, l'étude estime que 133.000 décès avaient pour origine le diabète, 45.000 les pathologies cardiovasculaires, et 6.450 cancers. Ces chiffres ont été obtenus en analysant les résultats de 62 enquêtes diététiques auprès de 612.00 individus, dans 51 pays différents et entre 1980 et 2010. De plus, 187 pays ont fait l'objet d'une estimation des quantités de sucre disponibles, et les chercheurs ont mis ces données en parallèle avec la survenance des pathologies détaillées ci-dessus.

Pour le Dr Dariush Mozaffarian, doyen de la faculté, le lien ne fait pas de doute : "De nombreux pays enregistrent un nombre élevé de décès résultant d'un seul facteur diététique à savoir les sodas et autres boissons fruitées ou sucrées comme les thés glacés, dont une forte réduction de la consommation ou leur élimination devrait être une priorité planétaire".

Des taux de décès variant fortement d'un pays à l'autre

Naturellement, tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne et paient un tribut plus ou moins lourd à la sur-consommation de sodas, ou toute autre boisson sucrée (hors jus de fruits pressés, non concernés par l'étude). Ainsi, au Japon, la mortalité liée affiche un taux inférieur à 1% pour les plus de 65 ans. A l'extrême inverse, le taux de mortalité des Mexicains de moins de 45 ans grimpe à 30%. Entre 1980 et 2010, et toujours concernant le Mexique, le taux de mortalité atteint 405 par million d'habitants, le classant premier de ce triste palmarès. A la deuxième place, sans réelle surprise, les Etats-Unis avec 125 morts par million.

Crédits photos : LI CHAOSHU/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus