17 ans après, Etables-sur-Mer va payer 4 millions d'euros après un accident de plongeon

Par , publié le | modifié le
France La plage des Godelins à Etables sur Mer
La plage des Godelins à Etables sur Mer

17 ans après un accident de plongeon sur un ponton, la commune d’Etables-sur-Mer va devoir payer 4 millions d’euros de dédommagement à la victime et à la caisse primaire d’assurance maladie.

La procédure aura duré près de 17 ans, mais la commune d’Étables-sur-Mer (Côtes-d’Armor) devra finalement payer. À la suite d’un accident de plongeon survenu en 1999, un jeune garçon est resté paralysé à vie. La commune a finalement été jugée entièrement responsable de l’incident par le Conseil d’État.

Tétraplégique à cause d’un plongeon

Le 24 juillet 1999 en plein après-midi, un adolescent s’amuse à plonger d’un ponton flottant en bois placé à quelques mètres du rivage de la plage des Godelins à Étables-sur-Mer. Mais lors de l’un de ses plongeons, la tête de l’enfant heurte le fond situé à environ 1m60.

Le jeune adolescent manque alors de se noyer et est secouru de justesse et transporté à l’hôpital. Le diagnostic sera sans appel, sous la violence du choc, le garçon est touché gravement à la colonne vertébrale et devient tétraplégique. La famille porte alors plainte pour engager la responsabilité de la commune.

4 millions d’euros de dédommagement

Après une longue bataille judiciaire, le Conseil d’État est saisi et en 2013, il donne finalement raison à la famille et valide la responsabilité du maire d’Étables-sur-Mer dans l’incident. Ce dernier aurait dû installer des panneaux de signalisation aux abords du ponton pour prévenir les baigneurs du danger des plongeons à cause du peu de fond à marée basse.

Aujourd’hui, le montant du dédommagement a été dévoilé par nos confères de France Bleu. La mairie d’Étables-sur-Mer devra payer 1,5 million d’euros de dédommagement à la victime de l’accident et 2,5 millions d’euros pour rembourser la caisse primaire d’assurance maladie de Seine-et-Marne. Ce sont les assurances qui se chargeront du versement des fonds.

Crédits photos : Commons Wikimedia Vinckie

Partager cet article