1.000 km de routes solaires à l'horizon 2021 en France

Par , publié le
Énergie Photo d'illustration. Des panneaux solaires.
Photo d'illustration. Des panneaux solaires.

A l'occasion de ses voeux au Groupement des autorités responsables de transport, Ségolène Royal a annoncé la construction, à l'horizon 2021, de 1.000 km de routes solaires.

C'est une promesse qui a été formulée mercredi par la ministre de l'Ecologie lors des voeux au Groupement des autorités responsables de transport : d'ici à 5 ans, la France devrait disposer de 1.000 km de routes solaires, des routes dites "à énergie positive".

Parsemées de panneaux photovoltaïques, elles pourront fournir de l'énergie pour l'éclairage de nos villes.

Routes solaires : l'appel d'offres est déjà lancé

Avant de dérouler un si long ruban de route, il conviendra d'effectuer des tests, qui sont susceptibles de débuter lors du printemps prochain. Et même si quelques dizaines de mètres sont déjà à l'étude à Chambéry et Grenoble. Comment cela se présente-t-il ? Il s'agit, comme l'indique RTL, de "dalles grises de 15 centimètres de côté qui sont assemblées sur la route comme des pavés" et qui contiennent les mêmes cellules photovoltaïque que celles qui couvrent certains toits de maisons ou d'immeubles collectifs.

1 km de route solaire, 5.000 foyers éclairés

Dans un premier temps, environ 30 millions d'euros seront affectés à l'amélioration de la technique, développée par la société Colas, et à une mise en place de tests de plus grande ampleur. Mais tout cela dans quel but ? L'énergie du soleil ainsi reconvertie pourra être utile à l'alimentation de bornes de recharge pour véhicules électriques, ou encore à l'éclairage public urbain via lampadaires. Mais les habitations peuvent aussi être concernées, puisqu'on estime qu'un seul kilomètre de route solaire peut alimenter en énergie 5.000 foyers d'une ville.

Il s'agit là d'un exploit technologique : en effet, ces pavés de quelques millimètres d'épaisseur doivent être en capacité de résister au poids des véhicules qui les emprunteront. Le développement du projet, mené par Colas et l'Institut national de l'énergie solaire, a nécessité 5 ans de recherches.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article